Fons titre le Monastier

retour accueil

Vous trouverez dans cette page des textes que nous avons traduits ou créés. Tous sont libres de droits.

Lo païsant et lo curat, fabliau du moyen âge.

L'òme pas gaire espeitat, d'après un texte d'Henri Pourrat

Clergue si fan pastor, sirventes de Pèire Cardenal (Pierre Cardinal) texte occitan de René Lavaud

Lo païsant e lo curat

Lo curat (de la chadeira de la gleisa): Chal far la charitat elh nom delh bòn Dieu que, z-elh, sap comptar. Perçò que Dieu tòrna lo doble ad aquelos que bàilan de bòn coèr.

Lo païsant (a sa femna): As bien ausit ma mia de ques a afortit noste curat. V-o as bien ausit ma femna ? Át afortit quaquelh que baile quand chal, e ben, Dieu li nen tòrna lo doble. Podem pas mèlhs far que de bailar nosta vacha, la Mostiala, a noste curat. Aquò será pre Dieu, si nen siàs dacòrd, ma femna.
De
tots biais, es quasi agotada, aquela gorra.

La femna: E bien, mon òme, v-o vòle ben que siàs de bòn conselh : vai ten trobar lo curat e fasètz la pacha.

(Lo païsant sacampa, destacha sa vacha per ladurre elh curat)

Lo Païsant (elh curat): Mossur lo curat, aquòs per lamor de Dieu que vos baile ma vacha, la Mostiala, e vos apromete quai-ara èi rès pus.

Lo curat (elh païsant): Mon amic, as bien fat ; siàs bien brave, ten. Te pòdes enanar : to dise ben, siàs un bòn crestian. Si totes mos paroscians erian tan braves, auriá una genta establada.

Lo curat (a sas vachas): Aquí, agètz pas pavor, vos encordele per vos acostumar luna a lautra. Tu, la Mostiala e tu ma Barrada, serètz benaisas totas doas : partajarètz boirada e trabalh. Mon Dieu, aquí un brave present !!!

La Barrada (a sa vesina): Enduratz, ma vesina, que paisse dins mon prat !

La Mostiala: Vau pelhs chamins, tornar trobar los miones. Me champairassiatz se v-o podetz !

Lo païsant (vesem arribar sas vachas): Aquò's ben verrai que Dièu baile lo doble ! Per-ço que la Mostiala tòrne embé 'na autra ! Una bien genta vacha bruna. N'avem doas per i-una.
L'estable
sará tròp estreite

Tot lo monde: Moralitat

Lo Païsant: La conlèta vòl dire que fòlh es aquelh qu'a pas la fe

La femna: Perço que lo ben vai ad aquelh que baila a dièu

La Barrada: Dengùs pòt aumentar son de que

La Mostiala: Santz chança pas mins

Totes: De bèla chança, lo païsant aguèt doas vachas en plaça de i-una

Lo curat: E lo curat pas i-una

Totes: Que crei d'avançar recuòla!


Un òme pas gaire espeitat


I aviát un còp una bòna femna, aquòs era dinc un d'aquos país de la montanha d-ont lo trabalh se fai en tres messes : las fenairasons, las meissons, las cubèrtas, l'una après l'autra.

Nòu messes d'uvèrn

E tres messes d'enfern

Los òmes pàrtan a la fin de setembre, a la promèira nèu : portaires d'aiga, penchinaires de chièrbe, terrassièrs, seitaires, s'envon dins las vilas o lo bòn país, e parèisson tornar mas en junh, quand los jorns son los mèlhs longs.

Un jorn la bòna femna aguèt la visite d'una cosina, una dama de la vila, qu'era venguda prener las aigas vas lo Mont-Dora.

Parlèron dos anciens, aquelos qu'avian coneissuts ; faguèron lo torn de la parentèla, puèis, lo solaç portèt sobre los efants amais los òmes.

D'après Henri Pourrat (le conte du mari bienvenu)


Clergue si fan pastór

I

Clergue si fan pastór
E son aucizedór;
E par de gran sanctór
Qui los vei revestir,
E-m pren a sovenir
Que n'Ezengris, un día,
Volc ad un parc venir:
Mas pels cans que temía
Pel de mouton vestic
Ab que los escarnic,
Puois manget e traïc
Tot so que li-abelic.

II

Rei e emperador,
Duc, comte e comtor
E cavalier ab lor
Solon lo mon regir;
Ara vei possezir
A clers la seinhoría
Ab tolre e ab traïr
E ab ypocrezía,
Ab forsa e ab prezic;
E tenon s'a fastic
Qui tot non lor o gic
E sera, quan que tric.

3

Plus ils sont puissants,
moins ils ont de valeur,
mais plus de folie,
et moins de véracité,
plus de mensonge,
et moins d' amitié,
plus de manquement,
et moins d'instruction.
Des faux clercs je dis ceci :
que jamais je n'ai entendu parler
de personne si ennemi de Dieu
depuis le temps ancien.

IV

Can son en refreitor
No m'o tenc ad honor,
C'a la taula aussor
Vei los cussons assir
E premiers s'escaussir.
Aujas gran vilanía:
Car i auzon venir
Et hom no los en tría.
Pero anc non lai vic
Paubre cusson mendic
Sezen laz cusson ric:
D'aitan los vos esdic.

V

Ja non aion paor
Alcais ni Almansor
Que abat ni prior
Los anon envazir
Ni lor terras sazir,
Que afans lor sería;
Mas sai son en cossir
Del mon consi lor sía
E com en Frederic
Gitesson de l'abric:
Pero tals l'aramic
Qui fort no s'en jauzic.

VI

Clergue, qui vos chauzic
Ses fellon cor enic
En son comte faillic,
C'anc peior gent non vic.

1

Les clercs se donnent pour pasteurs
et ils sont criminels.
Il y a apparence de grande sainteté
pour celui qui les voit revêtir l'habit,
et il me prend à me souvenir
que maître Ysengrin, un jour,
voulut venir en un parc :
mais à cause des chiens qu'il craignait
il endossa une peau de mouton
grâce à quoi il les berna,
puis il mangea et ingurgita
tout ce qui lui plut.

2

Rois et empereurs,
ducs, comtes et comtors
et avec eux les chevaliers
comme il était d'usage, régentaient le monde.
Aujourd'hui je vois que la souveraineté
est en la possession des clercs
avec le vol et la trahison.
avec l'hypocrisie,
avec la violence et la prédication.
Et ils tiennent pour intolérable
qu'on ne leur cède pas tout
et il en sera ainsi, quoi qu'il tarde.

III

Aissi can son major
Son ab mens de valor
Et ab mais de follor,
Et ab meins de ver dir
Et ab mais de mentir,
Et ab meins de paría
Et ab mais de faillir,
Et ab meins de clerzía.
Dels fals clergues o dic:
Que anc hom non auzic
A Dieu tant enemic
De sai lo tems antic.

4

Quand je suis invité en un réfectoire
je ne tiens pas cela pour un honneur,
car à la plus haute table
je vois les coquins s'asseoir
et les premiers se servir .
Écoutez une grande vilenie
c'est qu'ils osent y venir
et que personne ne les en écarte.
Pourtant jamais je ne vis là
pauvre coquin mendiant
s'asseoir près d'un riche coquin
de cela du moins, je disculpe les clercs.

5

Qu'ils ne craignent point
les petits caïds ou les grands sultans
que les abbés ou les prieurs
aillent un jour les attaquer
ou s'emparer de leurs terres,
car ce serait pour eux une besogne trop pénible.
C'est ici que sont leurs préoccupations:
savoir comment le monde pourra être leur
et comment ils auraient pu chasser le seigneur Frédéric
hors de son asile
- pourtant tel l'attaqua
qui n'eut fort à s'en réjouir! -

6

Clercs, celui qui crut vous voir
sans un cœur traître et mauvais
se trompa sur votre compte,
car jamais pire engeance je ne vis.